lundi 7 juin 2010

Surhumain de Thierry Brun

Flic infiltrée dans les rangs de la pègre, Béatrice Rapaic endure sa difficile condition de femme parmi les mercenaires du crime.
Le parrain se fait vieux, une guerre des gangs s'annonce. Dans cette ambiance crépusculaire rôde Asano, tueur implacable qui serait doté de facultés surhumaines.
Béatrice est envoyée en première ligne pour le détruire. C'est le choc de deux réprouvés.
Dans cette confrontation mortelle, entre désir et combat, qui sera la proie de l'autre ?

Premier titre de la nouvelle collection "Nuit Blanche", Surhumain retiens l'attention tout d'abord grâce à sa couverture. Sobre, mais efficace car attirant l'oeil dans les rayonnage, elle nous renseigne tout de suite sur le genre d'histoire que l'on va lire : sombre avec une pointe de sang. 

A coup de phrases courtes, débitées à la vitesse d'une mitraillette, le décor et les personnages sont rapidement décrits. J'ai bien aimé cette manière d'écrire, directe, pas de fioritures inutiles, du cash. Une façon d'être plongé plus rapidement peut être dans l'atmosphère froide et sombre de ce thriller, aller à l'essentiel. Le rythme est percutant et entraînant, les pages se tournent et bien vite on se retrouve à se retenir pour ne pas terminer trop rapidement.

L'histoire m'a parue un peu compliquée de prime abord, peut être ai-je trop voulu comprendre tous les menus détails de l'affaire, connaître tous les liens qui unissaient les protagonistes. Ensuite, au fil des chapitres, j'ai compris que chaque personnage était relié à un autre. Une pelote de ficelle bien difficile à dêmeler mais une fois que l'on a la clé, tout semble plus clair. Ici tous se mêlent, certaines connexions sont évidentes d'autres moins. Une histoire de mafia prenant lieu dans la ville de Nancy, un mafieu qui souhaite se retirer, un notaire pas très net qui fait appelle à un tueur, un homme redouté qui débarque, une ex fliquette paumée, un ancien mercenaire devenu garde du corps. Les ingrédients sont là.

Sur fond de vendetta, on rencontre un à un les personnages et je dois dire que contre toute attente, mon attention a été attiré par le "méchant", cet Asano, personnage difficile à cerner, qui semble froid, sans peur, sans âme. Avec un passé chargé et semblant sans  attaches. Asano débarque à Nancy pour l'enterrement de sa mère. Son arrivée met le feu au poudre, ravive des souvenirs refoulés, fait resurgir une peur lancinante parmi certaines personnes, dont le caïd de la mafia nancéénnes.

J'ai trouvé les autres personnages très bien décrit dans leur rôle. De vieux bonhommes, gros, gras, caricatures de mafieux, pathétiques. Une femme au milieu de tout ça, bien sûr, il n'y a que pour les beaux yeux d'une belle qu'un tel drame peut prendre naissance. Reste Béatrice, ancienne flic, infiltrée parmi la mafia pour le compte d'un commissaire prêt à tout pour nettoyer sa ville (même le sacrifice est possible). Elle, il m'a été difficile de la cerner. On en sait trop ou trop peu, je ne sais pas. La fin du livre prends une tournure à laquelle je ne m'attendais pas, je ne pensais pas Béatrice capable de ça. En même temps elle m'avait déjà étonnée. Alors pourquoi pas.

En somme, ce livre a été une découverte et comme la fin m'a laissé frustrée, j'attends la suite. J'en dit trop ou je n'en dit pas assez, le seul moyen de vous faire une idée est de découvrir le style de Thierry Brun, écrivain à la plume plutôt novatrice qui mélange on ne peut mieux crime et psychologie.


Retrouvez cette article ainsi qu'une interview de Thierry Brun dans le Livraddict Mag Spécial Polar

3 commentaires:

Melcouettes a dit…

L'histoire m'a bien plu mais j'ai eu du mal avec le style d'écriture... pas sure de vouloir lire la suite ...

Flof13 a dit…

ça me tente bien... chouette billet, au fait !

Lexounet a dit…

Grâce à ton billet, je ne regrette aucunement ma commande. par contre, ça me fait peur la complexité surtout que tu es bien habituée des polars... On verra bien.