lundi 23 juillet 2012

Le cas Jack Spark, tome 4 : Printemps humain de Victor Dixen

3 commentaires
Tous les contes de fées ont une fin ... Voilà un siècle que le Président-Mentor Jack Spark règne sur Concordiapolis, mégalopole utopique où les hommes coexistent avec les créatures fantastiques. Mais aujourd'hui, cet équilibre fragile est sur le point de se briser. D'un côté, 1% de privilégiés : les Fés immortels. De l'autre côté, 99% d exploités : les humains surendettés. Insurgez-vous et rejoignez les rangs du Printemps humain !

Alerte spoiler : maximum

Printemps humain est un livre que j'attendais avec impatience, venant clôturer une série que j'ai beaucoup aimé suivre ces deux dernières années. J'avais accroché dès le premier tome et l'auteur a su se renouveler et donner aux lecteurs de quoi redécouvrir l'univers de Jack Spark à chaque nouvel opus avec un Automne traqué qui va au fond des choses et un Hiver nucléaire qui nous plonge dans une histoire plus sombre que jamais.

lundi 18 juin 2012

La Cité à la fin des temps de Greg Bear #BPL

6 commentaires
« Rêvez-vous d’une ville à la fin des temps ? » Ginny et Jack rêvent d’une cité fabuleuse, assiégée dans un avenir lointain par un ennemi implacable. Et ces visions impérieuses projettent leur esprit dans le corps de deux créatures de cette ville menacée. Daniel, lui, ne rêve que de ténèbres sans fin, reflet du sort qui l’attend. Ces jeunes gens sont liés par autre chose que les rêves. Ils sont des Changeurs de destin, nés avec le don de sauter entre les lignes-mondes, afin d’habiter d’autres versions d’eux-mêmes. Et chacun d’entre eux possède un mystérieux artefact appelé « messager », qui ne semble pas altéré par ces permutations. Ginny, Jack et Daniel se voient bientôt enrôlés dans une mission presque sans espoir pour sauver l’avenir… et achever la plus grande œuvre de toute l’histoire humaine. Mais d’effroyables chasseurs sont déjà à leurs trousses…

Pour le mois de juin, c'est vers de la science-fiction que notre choix s'était porté. Malheureusement ni Heclea ni moi n'avons accroché à l'histoire de Greg Bear et avons donc choisi d'abandonner notre lecture. Quelques réponses tout de même pour tenter d'expliquer pourquoi :


lundi 11 juin 2012

Cabaret, tome 1 : Ingénue de Jillian Larkin

3 commentaires
Elles sont jeunes, elles sont riches, elles sont belles. Nous sommes en 1923 et tout peut arriver ! Trois jeunes filles issues de la haute société américaine rêvent de vivre avec leur époque et de s'opposer aux codes de bonne conduite dictés par leur milieu.

Cabaret est de ces livres choisit pour la promesse d'un contexte, d'une ambiance. Les années 20 et ses garçonnes, les gangsters et la Prohibition, voilà ce que nous promet Jillian Larkin. Avec la petite note de romantisme et d'amour qui va bien pour pimenter le tout.


dimanche 20 mai 2012

Candy Pop, tome 1 : En route pour la gloire de Lauren Laverne

2 commentaires
Candy est catastrophée : comme si sa vie n'était pas assez déprimante, sa mère va épouser un type ringard. Aidée de sa meilleure amie, l'adolescente concocte un plan génial : 
1) Empêcher le mariage de sa mère avec le président des loosers 
2) Connaître la gloire avec son groupe de rock 
3) Savoir enfin qui est son père 
4) Enrôler un ange gardien... vraiment très spécial.

Voici un roman dont la couverture reflète totalement l'univers décrit à savoir  musical, coloré et résolument jeunesse. Pour ma part, n'étant actuellement pas du tout, dans une phase littérature ado, j'ai eu du mal à m'y plonger. D'autant plus qu'après quelques chapitres un événement m'a laissé totalement perplexe et m'a fait me demander ce que j'étais en train de lire (ma tête à la lecture correspondait un peu à ça O_o). Toutefois, après m'être remis dans le contexte "t'as plus quinze ans ma vieille alors sois open", j'ai enchaîné rapidement la suite et terminé sur une bonne impression (même si ce n'est absolument pas un livre qui me restera longtemps en mémoire).


mercredi 16 mai 2012

Vampire Story, tome 4 : 23 heures de David Wellington

3 commentaires
Caxton est dans l’arène. Lâchez les fauves. Laura Caxton, passée du mauvais côté de la loi, se retrouve dans une prison haute sécurité pour femmes. Un lieu sinistre où tout peut arriver. Car le pire danger vient de l’intérieur… Le plus vieux vampire au monde, la sanguinaire Justinia Malvern, a infiltré les lieux et compte bien accroître ses pouvoirs en décimant la population carcérale. Caxton est la seule à pouvoir l’arrêter, et Malvern le sait. Elle lui pose un ultimatum que Caxton ne peut refuser. L’ex-flic n’a que vingt-trois heures pour se sortir de cet enfer et empêcher la terreur de se répandre au-dehors.

Pour ce vingtième BPL avec Heclea c'est vers l'horreur que l'on s'est tournées avec le quatrième tome tout juste sorti chez Milady, de la saga vampirique de Wellington, Vampire Story.


lundi 14 mai 2012

Chroniques de l'armageddon, tome 1 et 2 de J.L Bourne

2 commentaires


Cher Survivant, Vous avez entre les mains le journal manuscrit d’un homme décrivant son combat pour survivre. Pris au piège au milieu d’un désastre d’ampleur mondiale, il doit prendre des décisions, faire des choix qui lui permettront de vivre, ou le condamneront à déambuler à jamais comme l’un des leurs. Pénétrez, si vous l’osez, dans ce monde. Un monde où les morts-vivants règnent en maîtres.

Les zombies sont de retour sur le blog et cela dans une série qui vaut le détour sortie aux Editions Eclipse. Comme toujours avec cette maison d'édition, le plaisir de la lecture commence avec un objet livre impeccable et le petit marque-page détachable qui va bien.


vendredi 27 avril 2012

Film noir à Odessa de Ryan William

1 commentaires
Après sa dernière enquête en 1936, l’inspecteur Korolev est décoré et montré en exemple. Un an plus tard, il n’a toujours pas l’esprit tranquille. Car si l’on découvre la portée de cette enquête, il risque la déportation. Une nuit, on frappe à sa porte. Ce n’est pas la Sibérie qui l’attend, mais le colonel Rodinov qui lui demande d’enquêter sur le suicide suspect de Maria, une jeune citoyenne modèle travaillant dans le cinéma. Korolev est envoyé en Ukraine où il retrouve ses amis Babel, l’écrivain, et le « comte » Kolya, le roi des Voleurs. L’inspecteur débarque alors sur le tournage du film, dans les paysages sinistres d’une région ravagée par la guerre. Décor parfait pour un film noir à Odessa.

C'est avec plaisir que je me suis replongée dans les aventures de l'inspecteur Korolev, découvert l'an dernier dans Le Royaume des voleurs grâce à l'opération Masse Critique de Babelio et aux Editions des Deux Terres.


lundi 16 avril 2012

BPL #19 : Le Dernier Jardin, tome 1 : Ephémère de Lauren DeStefano

5 commentaires
Que faire de sa vie quand on connaît la date exacte de sa mort ? Les scientifiques ont créé des enfants génétiquement parfaits, immunisés contre toutes les maladies. L'humanité a cru voir son avenir assuré...jusqu'au jour où le verdict accablant est tombé. Ces jeunes gens ont une espérance de vie incroyablement courte : 25 ans pour les hommes, 20 ans pour les femmes, sans exception. Dans ce monde désolé, des jeunes filles sont kidnappées et contraintes à des mariages polygames pour la survie de l'espèce. Rhine, âgée de seize ans, a été enlevée de force à son frère. Elle se réveille enfermée dans une prison dorée, un manoir où des serviteurs veillent à ses moindres désirs. Malgré l'amour sincère de son mari et la confiance qui s'instaure petit à petit avec ses sœurs épouses, Rhine n'a qu'une idée en tête : s'enfuir de cet endroit.  

S'il n'y avait pas le BPL avec mon amie Heclea, je crois que ce blog voguerai dans les limbes sans pitié de la blogosphère. Mais comme j'adore mon rendez-vous mensuel avec ma cocotte je m'attelle chaque mois à faire en sorte d'être à l'heure (ou presque). Ce mois-ci nous avons lu Ephémère, le premier tome d'une trilogie dystopique "Le dernier jardin".


dimanche 25 mars 2012

Fille des Chimères, tome 1 de Laini Taylor

0 commentaires
L'amour impossible d'un ange et d'une chimère, une guerre millénaire entre deux peuples... Des ruelles de la Prague d'aujourd'hui à un monde sombre et fabuleux, la quête identitaire d'une héroïne passionnante.
Karou remplit ses carnets de dessins de monstres qui sont peut-être réels. Elle a 17 ans, parle de nombreuses langues - pas toutes humaines - et ses cheveux bleus poussent de cette couleur. Une question la hante : Qui est-elle ?


vendredi 23 mars 2012

Blog-pong Littéraire #18 Doctor Who : La nuit des humains de David Llewellyn

2 commentaires
Le Gyre, l’endroit le plus hostile de la galaxie.En deux cent cinquante mille ans, le Gyre a abrité les naufragés Sittuuns, les carnivores Sollogs et la pire des espèces : les humains.Le Docteur et Amy arrivent sur ce monde terrifiant pour lequel Sittuuns et humains se disputent la suprématie… alors qu’une comète est sur le point de s’écraser. Lorsque le Docteur est enlevé, c’est à Amy et à un certain Dirk Slipstream que revient la mission de le sauver. Mais qui est vraiment Slipstream ? Et que fait-il ici ?

Heclea et moi nous nous plongeons à nouveau dans un blog-pong littéraire avec pour cette fois une incursion dans le monde du docteur le plus connu de tous les temps, avec l'adaptation littéraire du Docteur Who publié chez Milady.

- Fan de la série TV comme tu es, à quoi t'attendais-tu en te plongeant dans un roman Doctor Who ?
En fait je n'avais pas trop d'attentes car sinon je me connais, j'aurais été déçue. J'ai abordé cette lecture plutôt comme la possibilité de découvrir de nouvelles aventures du Docteur et d'Amy, peut être pour voir leur relation sous un autre angle que via la série. 

- As-tu retrouvé l'ambiance et les personnages tels que tu les connaissais ? As-tu retrouvé ce que tu aimais ?
Le début fut un peu laborieux, le temps de laisser l'histoire et les personnages se mettre en place. Puis peu à peu j'ai retrouvé le Docteur tel qu'on le connait, avec ses principes, son humour un peu spécial, son don pour se sortir de toutes les situations ... Amy est fidèle à ce que l'on connait d'elle, prête à tout pour le Docteur, avec son petit caractère et son humour également. J'ai retrouvé peu à peu également ce qui fait un bon épisode du Docteur à savoir les dangers qui se multiplient au fil de l'histoire, les croyances et civilisations misent en places, le rythme trépidant qui s’accélère sur la fin et qui nous fait douter de la réussite du Docteur, la fin toujours à la hauteur de nos attentes.

- La couverture montre Eleven et Amy, les as-tu imaginé tout le long du roman ou as-tu dévié vers un autre docteur (Ten au hasard) ?
Non je suis restée fidèle à Eleven et Amy tel qu'on les connait dans la série, même si ça m'a fait bizarre de voir leur relation à ce moment, qui n'est clairement pas aussi développée que dans les derniers épisodes que j'ai pu voir. On en est encore au stade où ils se découvrent, c'est assez amusant d'ailleurs au niveau de certains échanges, ils se testent un peu, cherchent leur place par rapport à l'autre.

- Tu as l'habitude de suivre les aventures du docteur en anglais, as-tu trouvé la même saveur à une VF ?
J'avoue que j'ai peur d'avoir loupé quelques choses en le lisant en VF et je pense que je pourrais faire une incursion vers la VO pour les livres avec Ten. Parce que Ten quoi !  

- Qu'as-tu pensé de l'intrigue ?
Il y a dans cette intrigue tous les ingrédients d'un bon Doctor Who, le peuple extraterrestre, celui en danger et celui qui menace, tout un univers inventé autour de cela, des situations impropables, des retournements de situations in-extremis ... Tout cela mené tambour battant. J'ai bien aimé ce qui est mis en place ici, à savoir un peuple humain quelques peu désaxé par rapport à l'humanité tel qu'on la connait, humanité que l'on retrouve d'ailleurs plus dans le peuple d'un autre genre. Bref, une histoire qui s'inscrit parfaitement dans la lignée de celles télévisées.

- Au final, préfères-tu la série BBC ou ces adaptations livresques ?
Ce n'est pas la première fois que je lis une adaptation livresque d'une série (Greek par exemple) et je dois dire que comme à chaque fois mon coeur bat pour la série. Il manque indubitablement le rythme de la série et les mimiques du Docteur dans l'adaptation.

- Les éditions French Eyes sortent le 1er tome du comics Doctor Who au mois de juin avec une aventure de Ten, vas-tu craquer ?
Teeeeeeeeeeeeeeen !!!!!!
Ca répond à ta question ? Sinon pour être clair, oui je vais craquer, j'aime bien les comics et un Doctor Who avec Ten ça ne se loupe juste pas.

- Continueras-tu les romans même s'ils se concentrent sur Eleven ?
J'ai déjà 2 autres romans de cette série dans la pal et je les lirais bien évidemment. Mais j'espère fortement que Milady finira par sortir les adaptations avec Ten, mais sinon il n'est pas impossible que je craque pour les versions anglaises.

Retrouvez l'avis d'Heclea à travers quelques questions.

Le mois prochain nous nous tournons vers le premier tome d'une série publiée chez Castelmore Le Dernier Jardin : Ephémère et le rendez-vous est pris pour le 16 avril (si je ne suis pas méga en retard comme cette fois-ci)(je vais finir par me faire taper sur les doigts par Heclea d'ailleurs ^^).

lundi 27 février 2012

Chronique du Soupir de Mathieu Gaborit

8 commentaires
Lilas, une naine flamboyante, a choisi, depuis la disparition de Frêne, son époux, de prendre sa retraite de Chef de la garde du palais de la Haute Fée pour ouvrir une auberge au bord de la mer, à l'endroit même ou Frêne s'est "ancré" pour l'éternité. Entourée de quelques amis et d'Errence, un elfe qui est aussi son amant, elle mène une existence un peu trop paisible à son goût. 
Alors qu'elle s'interroge avec angoisse sur son devenir, son fils Saule, pourchassé par un groupe de miliciens au service de la Haute Fée, fait irruption dans l'auberge. Il serre dans ses bras une adolescente de 16 ans, Brune, qui est à l'agonie. 
Après quelques heures d'hésitation, et bien que pressentant l'immense danger qui émane de façon indiscible de la personnalité de Brune, Lilas décide de les protéger envers et contre tous.

Il est toujours difficile de mettre des mots sur une lecture qui, bien qu'agréable, ne vous a  pas enthousiasmé outre mesure et qui vous laisse un petit goût d'insatisfaction au final. C'est le cas ici avec Chronique du Soupir que j'ai lu en lecture commune et en partenariat avec Bookenstock dans le cadre du Mois de Mathieu Gaborit sur leur blog. 

Pourtant ma découverte avait bien commencé, j'étais même impatiente de connaître la suite. On rentre rapidement dans le vif du sujet, on ne passe pas des pages et des pages à nous décrire l'univers, les personnages et tutti quanti comme bon nombre de séries de fantasy et même si, à la base, c'est ce qui me plait dans le genre, ici cela donnait une bonne dynamique à la lecture Mais cela a aussi eu ses inconvénients car l'on s'interroge un bon moment sur un point qui semble être le coeur même du roman et qui est difficile à appréhender avec si peu d'informations. 

Et puis au fil des chapitres j'ai peu à peu décroché, une impression d'être rester spectateur alors que l'auteur voulait m'emmener quelque part, dans un univers onirique, comme l'ont fait remarquer mes co-lectrices, que je n'ai pas réussi à toucher. J'ai pourtant ressenti pas mal de choses à cette lecture de l'incompréhension, de l'effroi, de l'indignation mais peu de beaux sentiments. 

Il y a pourtant de bons ingrédients dans ce livre, des personnages forts et imposants, parfois touchant parfois sans pitié, des décidés, des condamnés ... Il y a tout une poésie autour du Souffle, de son origine, de sa fonction, de son but, de son devenir. Il y a du rythme avec des scènes qui se succèdent avec frénésie parfois, des changements de personnages, des dialogues courts et mordant. Mais pour moi cela n'a pas suffit à m'emporter. 

Je remercie vivement les copines de Bookenstock d'avoir organisé ce partenariat qui a tout de même piqué ma curiosité vis à vis de la plume de Gaborit. Retrouver l'interview de l'auteur sur leur blog (par , , et ).

Mon seul avis ne suffit pas à décrire tout ce que ce livre comporte alors faite un tour chez les blogueuses qui ont accompagnées ma lecture : Phooka, Heclea, Kamana, Archessia, Voz', Chica Necessita, Charabistouilles, Lelf, Elise.


samedi 18 février 2012

News #5 Sortie du livre Les Ecriveurs de Frédéric Mars

0 commentaires


« Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi ce cadeau ou cette place d’honneur qui vous semblaient destinés ont atterri dans les mains d’un autre que vous ? Pourquoi des obstacles de dernière minute se dressaient sur votre route alors que rien ne semblait s’opposer à votre succès ? Pourquoi le bus que vous deviez prendre partait sans vous, à quelques secondes près ?
Vous invoquez le sort, la malchance, la fatalité ? Vous pensez que c’est comme ça et qu’on n’y peut rien ?
Mais bientôt, dans quelques instants, vous saurez. Ma vie et la vôtre, que vous le vouliez ou non, sont dorénavant liées à jamais…
Pourquoi ça ? Oh, c’est très simple. Ça se résume même en une phrase : VOTRE VIE, C’EST MOI QUI L’ÉCRIS ! »


Si comme moi vous avez apprécié le thriller palpitant de Frédéric MarsNon Stop, sorti chez Blackmoon en fin d'année dernière, vous avez surement envie de découvrir un peu plus l'auteur et sa plume.

Après une incursion dans les intrigues policières, Frédéric Mars se tourne vers la jeunesse avec un livre sorti le 8 février aux Editions Baam! Les Ecriveurs. Et à lire le résumé, je pense que ce livre va très vite rejoindre ma pal !

jeudi 16 février 2012

Blog-Pong Littéraire #17 : Dragons et Serpents, tome 1 : Les Cités des Anciens de Robin Hobb

3 commentaires
Dans le Désert des Pluies, les serpents géants se sont enfermés dans leurs cocons pour se transformer en dragons. Mais trop affaiblis, ils donnent des créatures difformes et incapables de survivre sans l'aide des humains, si bien que les Marchands du Désert des Pluies décident de s'en débarrasser...

Pour ce 17ème (et oui déjà !) BPL, nous avons décidé de se faire plaisir avec Heclea et avons jeté notre dévolu sur une valeur sûre de la fantasy avec Robin Hobb et sa dernière saga en date Dragons et Serpents. 

Spoiler Alert : minimum

1. Tu avais beaucoup aimé les sagas de L'assassin royal et des Aventuriers de la mer, ça t'a fait quel effet de te replonger dans un Robin Hobb ?
Je m'y suis de suite plongée comme si j'avais terminé les autres sagas la veille et j'ai eu l'impression de revenir dans un univers familier qui m'avait manqué. C'est juste du pur plaisir que de lire du Hobb, tout coule tout seul, tout se mets en place si facilement que l'on a juste à se laisser porter par la plume de l'auteur.

2. Dans ce premier tome de Les cités des anciens, on retrouve des personnages connus, est ce que tu t'y attendais, est ce que ça t'a fait plaisir ?
Je m'y attendais un peu mais je n'aurais pas pensé à ces personnages là. Quoi que c'est plutôt évident en fait mais comme ma lecture des Aventuriers de la mer remonte à quelques temps maintenant, je n'avais pas forcément les souvenirs adéquat en stock. Pour autant je pense que je suis comme bon nombre de fan de Hobb, il manque quand même deux des fameux personnages de L'Assassin Royal et je garde un petit regret de ne pas les y croiser.

3. On suit plusieurs histoires, plusieurs personnages en parallèle, laquelle t'a le plus plu ? Y a t'il des personnages qui t'ont touchée plus que d'autres ?
Je dois dire que ils ont tous un petit quelques choses qui fait que j'ai aimé tous les suivre. Je n'avais pas plus d'impatience à retrouver certains plutôt que d'autres. J'ai apprécié découvrir le point de vue des Dragonneaux, très touchant et dur en même temps parce qu'ils doivent faire face à de grandes difficultés auxquelles leurs souvenirs ne les ont pas du tout préparés. Continuer à découvrir la vie des marchands ou de ceux qui vivent dans le Désert des Pluies fut tout aussi passionnant, j'adore l'atmosphère qui se dégage de ce livre, une pour chaque personnage. J'ai été plus particulièrement touchée par Alise, qui doit faire face à pas mal de désillusions elle aussi, un peu comme les Dragons qu'elle étudie si passionnément. Ma curiosité a quand à elle été titillée par Thymara, enfant rejetée par son peuple, aimé par son père et qui prends une décision qui va changer sa vie. J'ai hâte de découvrir comment cela se passe pour elle.

4. Après avoir suivi les serpents dans les Aventuriers de la mer, on découvre la suite du voyage, qu'en as-tu pensé ?
Tout ça pour ça ! Oui c'est un peu cette pensée qui m'a traversé l'esprit. Tant d'épreuves pour un résultat si décevant pour tout ses serpents. Tant de pertes.

5. La plume de Robin Hobb fait particulièrement bien passer les émotions, est ce que certains passages t'ont plus marquée ?
Toujours sur les Serpents/Dragonneaux, le passage où Sintara se rends compte de ce qu'elle est devenue, les passages où elle se souvient de ce qu'elle aurait dû être et qu'elle voit ce qu'elle peut à peine faire. Comme tu le dis, Robin Hobb fait superbement bien passer les émotions et il y a bon nombres de passages qui m'ont marqués. Mais il serait trop long de les décrire et surtout je spoilerais un max alors on va éviter. Je dirais juste une certaine conversation à bord d'une certaine Vivenef.

6. On sent dans ce premier tome que l'aventure va encore être grandiose, qu'est ce que tu en attends ?
Oui c'est tout à fait ça, ce premier tome n'est clairement qu'une mise en bouche, nous présentant les personnages, ramenant d'autres dans la ligne de mire, amorçant des histoires. Et j'en attends quelque chose de grandiose oui, des découvertes magnifiques, émouvantes, des relations qui évoluent, des révélations, le retour d'un "personnage" ...

7. As-tu aimé ce premier tome ? As-tu envie de lire la suite ?
J'ai juste adoré ! Grandement apprécié !! Et je me demande comment je ne me jette pas sur la suite là direct. C'est d'ailleurs ce que je ferais dès que j'en aurais terminé avec quelques "obligations" livresque. 

8. Si tu pouvais faire un voyage à bord de la vivenef Parangon, qu'irais tu dire à la figure de proue ?
Mais quelle question difficile !! Connaissant le passé de Parangon et sa suceptibilité sur certains sujets , il est difficile d'imaginer ce que je voudrais lui dire. Peut être un bête "Mais t'as pas froid là devant, exposé aux intempéries ?" Nan mais parce qu'il est quand même torse-poil le pauvre hein !

Pour découvrir ce qu'en a pensé la poulette atomique Heclea, c'est par là.

Le mois prochain nous allons lancer des hiiiii et des ahhhhhh en folie puisque nous allons nous plonger dans un Doctor Who récemment publié chez Milady, La nuit des Humains. Rendez-vous le 16 mars !

samedi 4 février 2012

Lueur de Feu de Sophie Jordan

0 commentaires
Jacinda est une draki, une descendante des dragons. Et elle a le pouvoir de cracher du feu, ce qui fait d'elle le membre le plus précieux de son clan. Forcée de fuir son village avec sa mère et sa soeur jumelle, elle peine à s'adapter à sa nouvelle vie, loin des siens. L'unique lueur d'espoir lui vient de Will. Le beau, le mystérieux Will. Le seul qui parvienne à maintenir sa flamme intérieure éveillée, le seul qui lui permette de rester celle qu'elle est. Mais aussi celui qui pourrait causer sa perte...

Voilà un petit moment que j'ai lu ce livre, à l'époque ce devait être en avant-première grâce aux Chroniqueur Onlitplusfort, mais les aléas de la vie ont fait que j'ai totalement oublié d'en parler (Call me poisson rouge).

Pourtant ce fut une lecture agréable et sympathique, avec une belle note d'originalité quand aux créatures décrites. Des dragons ayant la possibilité de se changer en humains afin de se protéger de leurs plus terribles prédateurs. Pour une fois ce n'est pas l'humain qui peut se transformer en quelque créature extraordinaire et c'est un côté que j'ai apprécié. C'est un genre de changement de point de vue plutôt intéressant.

On n'échappe pas à l'inévitable histoire d'amour de ce genre de livre, une histoire impossible aux premiers abords mais qui pourraient bien voir le jour tout de même vu le caractère des deux personnages. Pour mettre un peu de piquant, une petite touche de triangle amoureux se profile rapidement. Bien qu'aimant les romances, personnellement celle-ci ne m'a pas vraiment touchée, sans doute du fait du caractère de l’héroïne qui me semblait tellement incertaine

Le seul point négatif de ce livre est qu'il fait lui aussi parti d'une série et que personnellement je me lasse de toutes ses séries à rallonge. Je comprends bien que parfois il y a tant à raconter qu'il est nécessaire de faire plusieurs tomes, mais un one shot c'est tellement plus satisfaisant !

jeudi 2 février 2012

News #4

2 commentaires

Je vous l'avez annoncé dans le dernier post de News et je vous le rappelle donc, ce mois-ci chez Book en Stock "le mois de ..." est dédié à l'auteur Mathieu Gaborit. N'hésitez pas à aller y faire un tour pour découvrir l'auteur ou bien lui poser quelques questions.

Pour ma part, je participe à cette occasion à une lecture commune sur Les Chroniques des Soupirs avec Heclea, Kamana, Voz', Phooka, Chica Necessita, Charabistouilles, Archessia et Cerisia. L'occasion de découvrir l'auteur et aussi certains blogueurs.


Herisson de Délivrer des livres a eu la bonne idée de faire un récap' des pages facebook des divers blogs à tendance littéraire. Faites y un tours, découvrez, likez si le coeur vous en dit ...

 

Chez ma poulette des bois enchantés Heclea, vous pouvez, à partir d'aujourd'hui et ce jusqu'au jeudi 9 février minuit, participer à un petit concours pour gagner le célèbre Bled ou l'appli Iphone qui va bien. 


Et pour finir, il était temps que j'annonce ma participation à ce challenge que je ne pouvais pas manquer, étant une fan inconditionnelle de cette superbe série (vraiment il faut la voir c'est juste Awesome)(Je veux vivre à Stars Hollow !!). Challenge organisé par Karine:), la so charmante et si Dr Who addict. Je ne vous remettrais pas la liste des divers livres qu'il est possible de lire (vous pouvez la voir par là) et je ne vous dirais pas quels livres j'ai choisi de lire, sachez seulement qu'ils sont dans ma Pal et que c'est sans doute l'occasion ou jamais de les lire. 3 livres en 1 an, ça devrait le faire.  

jeudi 26 janvier 2012

CDP Wild Reading #4 : Riley Jenson, tome 1 : Pleine Lune de Keri Arthur

7 commentaires
Riley Jenson est une créature rare : un hybride de vampire et de loup-garou. Avec son frère Rhoan, elle travaille à Melbourne pour une organisation chargée de faire respecter la loi parmi les êtres surnaturels et de protéger les humains. Si Rhoan est un gardien enthousiaste - autrement dit un assassin -, sa soeur, elle, se contente d'un poste administratif... jusqu'à ce que Rhoan disparaisse lors d'une mission. Ça ne pouvait pas tomber plus mal : plus loup-garou que vampire, Riley est extrêmement lunatique et, la semaine avant la pleine lune, son besoin de s'accoupler devient irrépressible. Certes, elle a deux partenaires toujours prêts à la satisfaire, mais elle va devoir maîtriser ses pulsions si elle veut retrouver son frère ! 

 Voici une nouvelle session du rendez-vous des CDP avec cette fois-ci un super thème : A baffer. Le but étant de choisir dans la pal des copines un livre avec une héroine absolument impossible, insupportable, incontrolable bref in-quelque chose. Les CDP ont été so generous et on choisit dans la mienne le premier (et seul et unique se trouvant dedans fort heureusement) tome de Riley Jenson de Keri Arthur. 

 Spoiler Alert : intense (comme les orgasmes de Riley) 
 Certains propos pourraient choquer les plus sensibles ... 

 L’héroïne a vraiment une sexualité très intense, as-tu l’habitude de lire ce genre de romans ? 
 Oh oui bien sure, j'ai tout un tas de livres plus porno les uns que les autres qui attendent sagement en dessous de mon lit. Pour pas que les enfants tombent dessus. Ah ah vous y avez cru hein, non en fait j'ai rarement lu un livre où l'héroine se faisait aussi souvent empaler. Et je dois dire que j'ai pas franchement apprécié, parce qu'à force ça en devient lassant. Oh elle s'empale, oh elle joui, oh elle s'empale, oh elle ... oui vous voyez le genre. Ou alors elle se retient. Oui des fois elle arrive à mettre les priorités prioritaires (ah ah). Comme quand elle doit sauver son frère. Elle se ferait bien le petit vampire dans sa ferrari, mais d'abord elle sauve son frère quand même hein faut pas déconner. 

 En dehors de leur libido, quelque chose t’a-t-il marqué chez les personnages ? T’ont-ils paru sympathiques ? 
 Alors qu'est-ce qui m'a marqué chez Riley. Euhhh elle hésite pas à se lancer dans la bagarre en talon aiguille, moins elle porte de vêtements mieux elle se porte, elle écarte plutôt facilement les jambes (normal chez une louve apparemment)(j'aurais plutôt dit chienne m'enfin bon ...), elle a deux amants réguliers mais n'a rien contre un coup d'un soir, les vampires s'est pas sont truc mais bon vraiment celui là, elle pouvait pas faire autrement ... Oui je crois que je vais m'arrêter là. Non pas que je ne veux pas vous parler d'autre chose, son caractère ou quoi, c'est juste que comme elle ne pense qu'au sexe ben je me suis focalisée que sur ça. Y a bien d'autres personnages, des mâles évidemment, mais bon franchement, j'y ai pas fait gaffe parce que 1/ j'avais pas envie de m'y intéresser 2/ j'ai lu beaucoup en diagonale alors ... 

 Qu’as-tu pensé de l’histoire qu’il y a derrière tout ça ? Est-ce que cela est un minimum crédible ? 
 Ah y avait une histoire ? Non ben ça aurait pu être sympathique, un genre de trafic d'hybrides vampire/loup-garou entre autre chose, trouver qui se cacher derrière tout ça ect. Crédible pas vraiment. On a pas le temps de s’intéresser à l'histoire de fond puisqu'entre temps soit Riley se fait sauter, soit elle se fait kidnapper, soit elle est dans les vapes. Bref, elle voulait en venir où l'auteur déjà ? 

 Qu’est ce qui t’a le plus plu dans ce livre ? Quand je l'ai terminé. 

 Et le moins ? Quand je l'ai commencé. 

 L’héroïne et son frère sont des hybrides, qu’as-tu pensé de ce mélange? Le préfères-tu à des créatures plus “classique” ? 
 Non sincèrement je préfère un bon vrai vampire et un bon vrai loup-garou. J'ai pas vraiment vu d’intérêt à ces hybrides, à par que ça sert juste à l'auteur d'histoire de fond. En fait Riley, elle est à fond loup-garou et tout, mais elle profite de quelques sens exacerbés de vampires. Et puis d'un coup, comme ça, paf, une soif de sang. Mais alors le truc de fou quoi. On peut même pas la détacher (oui parce qu'elle s'était encore fait kidnapper ...) alors Quinn (The Vampire du livre) ben il se dévoue, preux chevalier de son état, il se fout à poil et dégaine son épée et en même temps il fait boire Riley à son bras. Et baam ! Big extase pour tout le monde. Et oui ça se passe comme ça chez Macdonald avec Riley Jenson. 

 Un MP qui vaut le détour dans ce livre ? 
 Non j'ai arrêté de chercher quand je me suis rendue compte que tous les vampires puaient énormément (bon ok sauf Quinn)(mais il m'a pas plu pour autant) et les loups garou fourrait leurs queues dans tout ce qui bougent. 

 Si tu pouvais parler à l’héroïne que lui dirais-tu ? Serre les cuisses cocotte. 

 Penses-tu lire la suite de cette série ? Pardon ? Qui me parle ? 

 Un petit extrait pour celles qui n’ont pas eu le plaisir de lire cette oeuvre ? 
"Je me cambrais et gémis à mon tour, savourant la manière dont il me remplissait parfaitement, mieux que Talon ne l'avait jamais fait. C'était comme si j'avais trouvé la bonne pièce d'un puzzle, la seule susceptible de combler l'espace qui était mien." Y en avait une autre trop géniale où ils faisaient l'amour de manière très géométrique mais j'ai perdu la page. Dommage hein. Ou pas. 

 Conseillerais-tu cette lecture à un(e) ami(e) ? et à un(e) ennemi(e) ? Pourquoi ? 
 A une amie ? Non parce que faut pas déconner. Et à une ennemie non plus, parce que connaissant certain(e)s, ça pourrait leur plaire. 

 Editions Milady 
 415 pages (de trop) 

 Retrouvez les sessions des CDP par là. Et on a rendez-vous le 10 Février chez Choukette avec Frisson.

vendredi 20 janvier 2012

Damnés, tome 3 : Passion de Lauren Kate

5 commentaires

Bien avant qu'ils se soient rencontrés à Sword & Cross, avant même qu'ils aient à lutter contre les Bannis, Luce et Daniel avaient déjà vécu mille vies. C'est pourquoi Luce, cherchant désespérément à trouver comment déjouer la malédiction qui condamne son amour, doit à tout prix revisiter ses différentes réincarnations. Et lorsqu'elle plonge à l'aveugle dans un Annonciateur, elle n'a aucune idée d'où cela la conduira. Sa seule certitude est qu'elle doit le faire. La jeune fille part donc sur les traces de ses vies passées, traversant cinq mille ans d’histoire et autant de lieux différents, afin de comprendre ce qui préside à son destin. Au fil de ses pérégrinations, elle parvient à recueillir des éléments qui pourraient enfin l'aider à modifier le cours de sa vie. Mais Daniel la poursuit et l'empêche à chaque fois de réécrire son histoire. Combien de fois devra-t-elle mourir sans mettre cette passion à l'épreuve ? Lancé dans une course-poursuite flamboyante et romantique, le couple réussira-t-il à trouver dans le passé les clés qui lui permettront de modifier son avenir ?


Pouah pouah pouah. Ou comment partir à trois pour une LC et n’arriver qu’à deux (non, je ne dénoncerais pas la splitteuse). Et encore, laborieusement et fatiguées, avec un immense soupir de satisfaction. D’en être venue à bout. Fatiguée de tant de vide en plus de 300 pages. Vide émotionnelle (dans une histoire d’amour, c’est ballot)(it’s just my point of view, je tiens à préciser) où l’on se rends compte qu’il est possible d’écrire beaucoup (et plutôt bien, pas de reproche à ce niveau là) pour au final, ne pas dire grand-chose (phénomène qui touche tout le monde)(non je ne citerais personne)(je m’inclus dans le lot hein).

Le principal reproche que je ferais donc à ce troisième tome, à défaut de dire qu’il ne sert à rien (ah ben si je l’ai dit), est que l’on part gaiement (ou pas) aux cotés de Luce afin de découvrir (enfin) de quoi retourne cette malédiction qui l’a frappe et l’a tue à chaque réincarnation, et au final, à chaque chapitre on en apprend que très peu (voir keutchi).

On tombe (à pieds joints)(comme Luce dans les annonciateurs)(pour savoir ce que c’est, il vous faudra lire le livre)(mouahaha) dans une boucle sans fin où Luce découvre ses incarnations antérieurs aidée d’un petit diablotin (ah ah)(private joke avec moi-même). Et à pars voir défiler des « vieilles » versions de Luce et des époques différentes (et une garde-robe adaptée) les éléments fournis pour tenter de résoudre ce gros vilain mystère ne sont pas à la hauteur de ce que j’attendais et surtout (pour ma part) me sont restés plutôt obscur (en clair j’ai rien pigé).

Le récit est ponctué d’apparitions de Daniel (son namoureux) qui s’est lancé à la poursuite de Luce dans son voyage dans le temps et qui, pas de bol, arrive toujours trop tard (Catch me if you can version ange déchu). Pour le coup, lui, il m’a sérieusement agacé à trainer son âme en peine, son amour maudit, comme un boulet. Le pire c’est quand on comprend que lui il sait très bien d’où ça vient en plus.

Les personnages secondaires font parfois quelques petits up dans le récit, nous permettant de faire une pause dans le petit jeu d’attrape souris de Daniel et Luce. Des interventions qui sont aussi censées nous permettre de comprendre, mais là encore, ce fut sans moi.

Un petit point positif tout de même (je ne suis pas totalement une biatch hein), j’ai trouvé que ce tome était nettement moins mièvre que le premier. Mais c’est peut-être parce que j’étais tellement concentrée à essayer de comprendre que je n’y ai pas fait attention. Et puis, soyons fou, on reconnaitra à Lauren Kate d’avoir une jolie écriture agréable (même si pas très facile à déchiffrer).

Il faut tout de même avouer une chose, si je n’ai absolument pas apprécié ma lecture c’est peut-être parce que a/ je suis trop vieille pour ça b/ les histoires d’amour me sortent un peu par tous les pores en ce moment c/ j’avais déjà un énorme a priori à la base. Alors comme je suis sympa (si si), je vous mets quelques liens (durement trouvés) un peu plus positifs (Mabiblio, Hérisson08, Twilight-teamsuisse) qui vous donnerons peut être envie de découvrir/continuer cette saga. Pour ma part, le quatrième tome sera sans moi (ah ben oui parce qu’en plus ce n’est même pas fini !).

Pour découvrir l’avis de Dup, l’autre âme courageuse qui est venue à bout de Passion, c’est par là.

Editions Bayard
Collection Jeunesse
384 pages de voyages dans le temps

mercredi 18 janvier 2012

Le Dernier Hiver de Jean Luc Marcastel

3 commentaires

2 035, 31º C en-dessous de 0. Depuis des années, le Crépuscule baigne Aurillac dans un ciel de sang. L'Hiver s'est installé, un hiver éternel qui dévore les terres et fige l'océan dans la banquise. La Malesève, cette armée de pins monstrueux, a mis à genoux la civilisation. Alors, devant la fin d'un monde, que reste-t-il d'autre que l'amour ? L'amour qui va pousser Johan à braver le froid et les pins pour retrouver sa bien-aimée, l'amour qui va pousser son frère, Théo, à lui ouvrir la voie, l'amour toujours qui incitera Khalid et la jolie Fanie à tout laisser derrière eux pour les suivre. L'amour est-il assez fort pour triompher de la Malesève et de ce qu'elle a fait des hommes ?


Alert spoiler : Important.

Cinq jeunes femmes dans le vent qui décident après un achat groupé (ou presque)(ben oui y en a toujours une qui fait pas comme tout le monde)(guess who) au Salon du Livre de Montreuil de s’organiser une petite lecture commune (avec les mails et tout et tout hein pas juste chacune lit dans son coin et on se link pour monter à wikio). Un livre qui réunit à priori tous les ingrédients qu’elles aiment pour leur faire passer un bon moment.  Le verdict ? Mitigé pour la plupart (ben oui y en a toujours une qui fait pas comme tout le monde again)(not me this time).

On part pourtant dès le début dans un univers qui me plait, sombre, angoissant, avec un bon gros changement dans la vie que l’on connait et qui nous amène sur un récit post-apo. Jean-Luc Marcastel pose remarquablement bien cette atmosphère, on se sent rapidement aussi oppressé que les personnages par ce mal, la Malesève, qui gagne peu à peu du terrain sur toute la planète, dévorant (ou transformant) au passage toutes formes de vies. Il y a beaucoup de questions qui se posent autour de ce mal, mais on espère avoir les réponses au fur et à mesure de notre lecture.

C'est là que le bât blesse puisque, petit à petit, le récit va se concentrer sur tout autre chose que la Malesève, même si celle-ci garde son ombre menaçante au dessus de nos héros et que lors du périple qu'ils entreprendront, elle sera source de problème. Mais après une grosse première partie, elle passe totalement en second plan pour mettre en avant une tout autre menace. Et c'est cette partie qui m'a déçue car ce n'était pas ce que j'attendais de ce roman. Pourtant j'aurais dû m'y attendre puisqu'il est bien marqué sur la couverture "Un cri d'amour  qui dépasse les ténèbres". Seulement moi les cris d'amour dans ce genre, ça me laisse plutôt de marbre.

Les personnages sont à la fois la force et la faiblesse de ce roman. Ils ont tous un caractère bien différent et se complètent très bien. De Johan qui semble avoir développé une double personnalité qui lui permet d'aborder les moments difficiles de manière totalement détaché à Théo, son grand frère, qui a la tête sur les épaules et un grand coeur, avec un côté torturé qui nous donne envie d'en savoir plus sur lui. Khalid semble être la voix de la sagesse avec les expressions de son grand-père adaptées à chaque situation et Fannie la petite boule d'énergie impulsive qui permettra quelques rebondissements. On sent tout de suite que de ces quatre là, un ne reviendra pas, mais jusqu'au bout on se pose la question de qui. 

La fin m'a laissé déçue et de marbre. J'ai trouvé le sacrifice fait inutile et les déclarations d'amours et les revirements de coeur en trop par rapport à la gravité de leur situation. Ce n'était parfois pas assez subtil selon moi, limite superficiel. Et je n'ai pas adhéré à la morale de l'histoire, un peu facile et un peu bateau. Et avouons-le, je ne lis pas un livre pour qu'on me rappelle qu'il faut être amour et partage (big up aux coupines), ça je le sais déjà (vous me direz, je ne suis pas non plus la cible de base de ce livre donc bon ...). Et c'est vraiment dommage que la raison "d'être" de la Malesève n'est pas été plus abordé et que l'intrigue ne se soit pas concentré la-dessus.

Une mention spécial à la plume de l'auteur tout de même, que je trouve vraiment très agréable et bien soutenue, dans le sens où le vocabulaire est recherché et les tournures de phrases parfois complexes. Cela amène une densité supplémentaire à l'atmosphère du livre et j'apprécie de trouver cela dans un roman à la base destiné aux ados et jeunes adultes. De plus on a un bon rythme dans le récit, mêlant des attaques de créatures plutôt effrayantes et des rencontres plus ou moins bonnes. 

Retrouvez les avis des CDP sur leurs blogs respectifs : Heclea, Choukette, Fée Bourbonnaise et Aily (lien à venir).

Edition Hachette
Collection Black Moon 
450 pages

samedi 14 janvier 2012

Blog-Pong Littéraire #16 Interface de M.T Anderson

2 commentaires
«Le plus génial avec l'interface c'est qu'elle sait toujours exactement de quoi on a envie - parfois même avant qu'on le sache soi-même.» Comme celle de tout être humain, la vie de Titus est en permanence conditionnée par son interface, un émetteur implanté dans son cerveau dès sa naissance. Jusqu'au jour où il rencontre Violet, incroyablement belle mais surtout étonnamment libre. Capable de penser par elle-même, elle veut résister à ce pouvoir qui contrôle les agissements et les désirs des hommes. Mais bientôt l'interface de Violet se dérègle... Titus va affronter une vérité à laquelle rien ne l'a préparé...

Nouvelle année mais ma cocotte des bois fleuris Heclea et moi-même continuons notre série de blog-pong. Ce mois-ci, ô comme c'est étrange, nous avons porté notre choix sur une dystopie, un roman d'anticipation jeunesse de M.T Anderson, Interface. Verdict ? 

 1.Nous voilà de nouveau réunies pour lire une dystopie, tu ne te lasses pas du genre ? 
 Non je ne me lasse pas du tout car la principale qualité d’une dystopie c’est que justement rien ne sera comme ailleurs. Un monde réinventé, une autre réalité, des contraintes différentes … Tout cela permet de garder un côté attrayant et donne une envie de découverte d’un autre monde.

 2.Tout au long du livre, les personnages, et donc le lecteur, sont submergés de publicité, est-ce que ça t'a dérangé ?
 J’étais un peu déstabilisée au début, le temps de comprendre ce que c’était et pourquoi ça débarquer en plein milieu du récit comme ça, sans prévenir. Mais on s’y fait et on y fait presque plus attention à la longue, je trouve que c’est un bon moyen utilisé pour permettre au lecteur de se rendre compte de ce que vit le personnage en permanence avec son interface et surtout de se dire que lui aussi doit s’y être habituer et ne presque plus y faire attention à force.

 3.Qu'as-tu pensé de l'univers présenté ? Y a-t-il des choses qui t'ont particulièrement surprise ? ou choquée ?
 Comme bien souvent dans une dystopie, il m’a fallu un petit temps d’adaptation à l’univers, le temps d’essayer de me représenter le monde dans lequel ils évoluent, parce qu’ici c’est quand même un peu space. J’ai eu une impression d’un monde sous verre, comme dans les petites boules souvenirs avec de la neige inside. Et à l’intérieur, plein d’autres petites bulles reliées entre elles par des tuyaux. Enfin pas simple quoi. Je ressors un peu frustrée (comme d’habitude de toute manière sur une dysto) de ne pas savoir comment le monde est devenu tel qu’il est là et surtout de ne pas avoir une vision plus large. Rien ne m’a vraiment surprise ou choquée, car dans ce genre là il faut s’attendre à tout et n’importe quoi, l’imaginaire n’a pas vraiment de limites. Peut être juste le truc des lésions que j’ai trouvé bien dégueux. Mais sinon, rien. 

 4.As-tu réussi à te projeter dans cette nouvelle Terre ? Penses-tu qu'il y ait un fond de vérité dans l'imaginaire développé par l'auteur ? 
 Comme dit précédemment, après un petit temps d’adaptation, il m’a était possible de me représenter cette Terre et d’imaginer le récit s’y dérouler. Même si mon idée est surement loin de ce que l’auteur à du penser à la base. Je crois que c’est une représentation de la vie future, quelque peu extrême tout de même, mais assez crédible toutefois. Lorsque l’on voit à quelle vitesse se développe les technologies de nos jours. J’ai vu récemment un article (ça fait classe hein)(dans science et avenir ou un truc comme ça je crois si ça intéresse) qui présentait un clavier de téléphone dématérialisé et projeté sur la main (en gros), donc hein on est peut-être pas si loin d’un implant qui nous permettrait de faire plein de chose juste en y pensant. Après j’espère juste que l’on ne partirait pas à la dérive comme dans le livre. On peut se dire à la fin de ce livre que l’auteur nous mets en garde contre cela d’ailleurs en partant dans un déclin de la société à cause de cette surconsommation qui nous guette déjà aujourd’hui. 

 5.Qu'as tu pensé de Titus et Violet ? De leurs passés ? De leur histoire ? Possible Spoiler 
 Il était intéressant de confronter les deux cas, celui d’un ado qui a vécu toute sa vie avec l’interface et celui d’une jeune fille qui ne l’a eu que tard et à qui cela engendre quelques problèmes. C’est surtout le passé de Violet qui est mis en avant, et même si c’est prévisible (parents un brin hostile à l’interface puis changeant d’avis pour permettre à leur fille de s’intégrer à la société) c’est bien amené et sert tout à fait l’histoire (puisque sans cela, elle n’aurait pas de problème d’interface). J’étais un peu scandalisé de la réaction de Titus face au problème de Violet, mais sur la fin j’ai pu comprendre son point de vue et me réconcilier avec lui. Dommage qu’ils aient perdues tant de temps l’un sans l’autre, en restant juste amis je suis sure que Violet aurait décliné « plus confortablement ». 

 6.Les amis de Titus semblent superficiels, les as-tu apprécié ? Et compris ? 
 Superficiels je ne sais pas. Ils sont surtout tel que l’interface les a modelé je crois. Avide de nouveauté, de découverte, de dépassement de limite et très porté sur l’apparence et le besoin de se conformer au dernière mode. Le fait qu’ils n’ont qu’à penser pour se parler limite très certainement la sociabilité et du coup il est vrai qu’aux yeux d’une personne comme Violet, ils paraissent superficiels. Mais qui sait, ils partagent peut être de très grandes conversations philosophiques avec leurs amis. Il est difficile de les comprendre vraiment car l’on a qu’un rapide aperçu du caractère de chacun, l’histoire se focalisant surtout sur Titus et Violet. Mais je dirais qu’ils sont juste comme des ados de notre temps, très con en bande, avec un bon fond si l’on prend le temps de creuser. 

 7.As-tu trouvé dans cette lecture ce que tu y attendais ? 
 Je n’avais pas vraiment d’attente sur cette lecture, si ce n’est me divertir en passant un bon moment, découvrir une nouvelle version de notre monde. Et la mission est pleinement réussie puisque j’en suis sortie contentée de ce que j’y avais lu. Et surtout toujours étonnée de voir dans quels « délires » peuvent parfois partir les auteurs de ce genre-là. C’est toujours innovant et déroutant. 

 8.Y a-t-il une des fonctionnalités de l'Interface dont tu aimerais disposer ? 
 Je crois que j’aimerais pouvoir écouter de la musique à longueur de temps sans me dire qu’il ne faut pas que je mette trop fort pour ne pas gêner le voisin, la possibilité d’acheter en une pensée est plutôt alléchante aussi mais surement une vraie ruine pour le compte bancaire et envoyer des messages à ses ami(e)s comme ça, en un clin d’œil est totalement tentante (surtout pour une grosse addict comme moi aux sms et autres mails). 

 9.Au final, as-tu aimé ? 
 Je n’irais pas crier au coup de cœur (vous savez tous ô combien il est difficile pour un livre d’entrer dans cette catégorie chez moi), mais j’ai passé un bon moment de lecture et je suis curieuse de voir si Anderson a d’autres livres à son actif.

Editions Gallimard
Collection Pôle Fiction (Best collection ever)
308 pages


Le mois prochain on revient dans un genre totalement différent, avec l'auteur qui m'a fait découvrir la fantasy, Robin Hobb et le premier tome de La cité des Anciens : Dragons et Serpents. Rendez vous le 16 Février !

vendredi 13 janvier 2012

News #3

4 commentaires

Voilà bien longtemps que je ne mettais pas inscrite à un challenge a/ parce que j'en voyais pas qui aurait pu me tenter b/ parce que je ne les finis jamais. Mais ce coup-ci je ne pouvais pas passer à côté étant donné que je l'organise avec mes coupines CDP (Heclea, Choukette, Fée bourbonnaise et Aily) via le petit forum privé que nous chérissons de nos coeurs de guimauve The Reading Corner.

En quoi consiste ce challenge ? Allez faire un tour sur la partie du forum qui y est consacrée, pour l'occasion nous ouvrons le challenge à tous.


Chez les coupines de Bookenstock, vous pouvez retrouver leur rendez-vous mensuel "Le mois de ..." avec pour le mois de Janvier l'auteur du Cas Jack Spark, Victor Dixen. Un échange qui se mène tambour battant puisque un troisième tome de l'interview a été ouvert. (tome 1, tome 2, tome 3).


Toujours chez Bookenstock, le mois de Février sera consacré à l'auteur Mathieu Gaborit. L'occasion, si vous êtes comme moi, de le découvrir. 

mardi 3 janvier 2012

Le premier mardi, c'est permis #1 : Un Noël sous la couette

12 commentaires
Il s’en passe des choses, le soir du réveillon : un jeune loup de la finance retrouve son amour de jeunesse dans un aéroport bloqué par la neige, un flic désenchanté se laisse séduite par sa délicieuse voisine de palier ; un obsédé du boulot finit par s’apercevoir que sa collègue a un cœur d’or et les plus belles jambes du monde… Autant de gens pour qui Noël rimait avec solitude et qui ont trouvé l’Amour au pied du sapin. 

 C’est poussée par la so chic maitresse de la perversion qu’est Stephie (si si à un moment donné, faut l’admettre hein)(et on sait que tu aimes répandre la bonne parole alors on ne t’en veux pas) et sa disciple Heclea (oui cocotte, c’est ta faute aussi) que j’ai succombé à l’irrépressible appel du Passion Intense. 

 Mais ô trahison totale ! Qu’est-ce qu’un Passion Intense avec seulement un demi-chapitre de Passion et 10 secondes d’intensité (bon ok il était très excité et très fatigué mais quand même !). Avouez que l’on peut hurler à l’imposture tout de même. Bon paraitrait que les recueils de nouvelles ce n’est pas ce qu’il se fait de mieux et qu’il faudrait juste que je passe à un roman tout entier pour être pleinement satisfaite,  je demande à voir. 

 J’admire tout de même toute la poésie et l’incroyable utilisation des synonymes, qui ont le remarquable atout d’enrichir mon vocabulaire de me faire rire. Sur les deux nouvelles que j’ai lu dans Noël sous la couette (oui deux sur six)(non je ne suis pas prude, j’ai juste un niveau de tolérance à la niaiserie très bas)(une haute tolérance au cul par contre mais ils ont oubliés d’en mettre alors bon ça me sert moins), j’ai pu retenir quelques passages, mais le mot du jour sera indubitablement : anfractuosité (y a pinçoter aussi mais ce sera pour une autre fois)(ou pas). 

 Anfractuosité, nf : cavité profonde irrégulière. Synonyme : trou. Voilà. Vous remarquez à présent aussi toute la poésie et la délicatesse qui repose dans ce doux mot n’est-ce pas. Vous allez me dire que sorti de son contexte, c’est facile de critiquer. Ok. Démonstration :
« Avec sa grande main, il lui engloba le mont-de-vénus. Elle avait la toison la plus fine et la plus soyeuse du monde quel coup de pot quand même de tomber sur celle-là hein. Que tu es douce ! s’exclama-t-il. Glissant son index dans les anfractuosités secrètes, il ajouta : Et chaude ! Et mouillée ! »
 So, je ne vous mentais pas, n’est-il pas ?

 En fait ma frustration principale réside dans le fait que tout cela est vraiment très mal amené. Les nanas sont limites pathétiquement coincées du cul, les mecs faussement choqués (quoi tu veux que je te saute ? oh non, moi preux chevalier je n’ai pas des pensées aussi impures ! Mais bon si tu insistes hein, baaam ! contre le mur), et le contexte très niais (allez, c’est noël, un petit coup comme cadeau, pas cher et ça détend). 

 Mais comme je suis têtue et curieuse, je n’abandonne pas. Non je vais inlassablement continuer ma quête du livre inavouable par excellence, tout cela pour la science évidemment. Et pour le rendez-vous so tendance et incontournable de la belle et sulfureuse Stephie. Of course. 

 Et comme la blogosphère est pleine (enfin pas tant que ça)(disons qu’il y a un noyau extrêmement précieux) de gens rempli d’abnégation et qui ne sont que amour et partage (spécial kassdédi), une lecture inavouable va se faire voyageuse avec du gode égyptien inside (oui oui avec un e). Can’t wait ! 

 Retrouvez le récapitulatif des billets les plus inavouables de la blogosphère chez Mille et une pages (oui j’aime faire la pub à tout va)(c’est sure Miss tu vas pêcho grâce à wikio après ça). 


Un Noël sous la couette 
Editions J’ai lu 
Collection Passion Intense 
6 nouvelles, 250 pages de bonheurs (ou pas)